Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hespress: l'actualité du Maroc

politique, économie, social, faits divers, culture, opinion

Etude : Casablanca parmi les villes les plus exposées aux inondations au monde

Hespress-Maroc — casablancacatastrophes naturellesinondations
Etude : Casablanca parmi les villes les plus exposées aux inondations au monde

Leeds – Angleterre : Une étude multidisciplinaire a permis de dégager une liste des villes côtières dans le monde, les plus exposées aux risque d’inondations, dues aux mutations climatiques et catastrophes naturelles, pluies torrentielles ou tsunami marins.

Le gouvernement des Pays Bas a financé cette étude menée par des chercheurs de l’université britannique de Leeds, secondés par des chercheurs néerlandais, qui a permit, moyennant l’analyse de plus de 19 indices, de dresser une liste des villes à risques d’inondations, parmi lesquelles figurent la métropole marocaine Casablanca.

Pour calculer la vulnérabilité aux inondations de ses villes, les chercheurs ont passé au crible, des groupes d’indices, incluant, en plus des facteurs géographiques et infrastructurelles, des analyses économiques, sociales et de degré de civisme et de prises de consciences des populations, de ces types de dangers, .

De cela, le professeur Nigel Wright, directeur de l'équipe de l'Université de Leeds, en dit : «La vulnérabilité est une question complexe … Ce n'est pas seulement à propos de votre exposition aux inondations, mais l'effet qu'elles peuvent avoir sur les communautés et les entreprises et à quel point une inondation majeure perturbe l'activité économique. Notre indice se penche sur la façon dont les villes sont préparés pour le pire - par exemple, ont-elles des défenses contre les inondations, ont-elles des bâtiments qui sont faciles à nettoyer et à réparer après le déluge? Il est important de savoir à quelle vitesse une ville peut se remettre d'une inondation majeure ».

Les inondations qui, des années auparavant, avaient grandement endommagés la zone industrielle de Tanger, leur souvenir, fait prendre conscience, combien ce genre de catastrophes naturelles peut être terassant pour l’économie marocaine, surtout que le gros de son activité, se situe dans ce cas, à Casablanca.

Nigel Wright se défendant de verser dans l’alarmisme, a plaidé que son étude devrait servir de feuille de route pour les villes non préparées, afin d’affiner leurs méthodes, adapter leurs équipement et sensibiliser leurs populations : «Notre indice fournit un outil flexible pour les villes, un moyen permettant de mesurer leurs risques actuels pour mieux changer à l'avenir. Il les aidera à hiérarchiser leurs risques d'inondation et des stratégies à adopter» conclut il.

Rédigé par Adam Sfali - Emarrakech le Mercredi 22 Août 2012 à 13:32

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article